9 juil. 2013

Les journalistes sportifs belges atteints de chauvinisme aïgu?

Le temps est à nouveau venu pour un petit billet d’humeur.
Les dernières semaines sont riches en compétitions sportives diffusées par nos chaînes de TV belges (Roland Garros, Wimbledon, Tour de France…), j’ai dés lors pu suivre des bribes de ces compétitions (oui juste des bribes, l'époque où j'étais étudiant et avais tout le temps pour suivre ces événements dans le détail, est une époque révolue) et cela m’a amené une réflexion.

Le chauvinisme a ses limites quand on est journaliste ou consultant sportif


Depuis quelques temps, le « patriotisme » des commentateurs sportifs belges semble exacerbé.
Sans doute est-il influencé notamment par l’engouement autour de nos Diables rouges qui ne cesse de croître...

Certains élans de patriotisme font plaisir à entendre.
En effet, c’est toujours sympathique d’entendre un commentateur s’enthousiasmer pour une équipe nationale qui « performe » ou un de nos représentants qui crée la surprise ponctuellement dans sa discipline.

D’autres peuvent être lassants ou trop répétitifs, comme répeter 5 fois par match que « c’est une belle action de Hulk…équipier de Witsel au Zenith" ou lorsque l'on résume une échappée de 5 coureurs au seul coureur belge présent (De Gendt)…ou quand la Belgique devient le centre du monde.

Enfin, là où cette tendance atteint sans doute son paroxysme, c’est lors d’un quart de finale de Wimbledon entre Flipkens et Kvitova où le consultant, son nom m’échappe, dit, alors que Kvitova fait appel au médecin, des choses du style « Allez elle revient du vestiaire et elle sert la main de Kirsten en annonçant qu’elle abandonne » ou «  elle nous fait 4 doubles fautes à la suite maintenant».
Ok, une fois c’est marrant mais à répétition cela devient assez pénible.
Alors certains me diront que ce n’est qu’un consultant donc il n’est pas tenu aux contraintes/principes explicites ou non des journalistes mais c’est sans doute alors au journaliste de le recadrer avec un peu plus de conviction que cela n’a été le cas.

En conclusion, les belges (francophones) fustigent, à raison sans doute, le chauvinisme des (médias) français mais les médias belges ne sont-ils pas entrain de les rattraper voir d’être sur le point de les dépasser?

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Partagez

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More