12 févr. 2012

Jacobs et la gestion du banc et des jeunes

logo anderlecht football

Comme déjà précisé précédemment je ne suis pas un grand fan d'Ariel Jacobs, donc j'ai décidé de jeter un oeil à sa façon de gérer les jeunes et son banc. Car évidemment dans le cas où un jeune explose on l’élève au rang de grand révélateur de talent, et quand son joker marque, on le propulse au rang de grand tacticien...

Bon je suis bien d'accord entraîneur est un métier, ce n'est pas pour rien que des Mourinho ou autre Guardiola sont payés des fortunes. Cependant même sans être entraineur ou recruteur ou encore formateur reconnu, on peut dégager quelques tendances de coaching simplement guidées par le bon sens...

Ainsi dans un club qui peut se permettre d'avoir plus de 11 joueurs vraiment compétitifs, l'utilisation de ce banc est un paramètre important :

On peut ainsi s'attendre à ce qu'un entraîneur décide de réaliser des changements :

- Lorsque le déroulement du match le nécessite : besoin de préserver un score, de tenter le  tout pour le tout, de modifier quelque chose pour débloquer le match et marquer ce petit but nécessaire...
- Pour gagner du temps/casser le rythme lorsque son équipe mène mais est sous pression.
- Pour faire souffler des joueurs en vue d’échéances futures (avec les 40 matchs de championnat, les matchs de coupe d’Europe…on ne tiendra pas compte des matchs de coupe de Belgique, surtout cette saison…)

Gestion du banc 

Intéressons nous maintenant à la façon dont Ariel Jacobs gère son banc cette saison

anderlecht entraineur ariel jacobs

Voici quelques chiffres...



Minute du 1er changement
Avant 65ième 6
65 - 70 5
70 - 75 3
75 - 80 4
80 - 85 3
85 - 90 2
90+ 1











On y voit, que pour 24 matchs joués, il n'a fait que 11 fois ses 3 changements...
Mais encore plus intéressant, on voit que lors de deux matchs il n’en a réalisé qu’un seul et unique, mais c’est surtout lorsque l’on sait de quels matchs il s’agit que c’est interpellant. En effet, c’était lors de :
Ce triste 0-0 au Beerschot où le GBA aurait même pu l’emporter, et où il manquait de tout…
La défaite 2-1 à Malines où la victoire du KV était loin d’être volée tant la prestation offerte par la maison mauve était pauvre.

Vous ne tenteriez rien vous dans de pareils contextes lorsque vous avez un banc de qualité ???

Dans 10 matchs sur 24 ( soit 41%) il a attendu le dernier quart d’heure pour réaliser son premier changement, et dans les 14 autres matchs les circonstances l’ont obligés à les réaliser ( 3 fois une exclusion).

Alors après certains diront (comme je l’ai lu dans la dh cette semaine) que AJ a trouvé son équipe type et donc ne veut pas changer vu les résultats…résultats qui selon moi, sont plus provoqués par la qualité des joueurs (ou la faiblesse des adversaires c’est selon) que par les talents de Ariel « Arsène » Jacobs.

Gestion des jeunes

En ce qui concerne les jeunes, on peut supposer qu’un entraineur lambda tendrait à donner un peu de temps de jeu par ci par là à un jeune joueur afin qu’il puisse s’aguerrir…c’est encore plus facile quand on a une équipe capable d’avoir tué le match en une heure de jeu, le jeunot peut alors évoluer sans pression.
Intéressons nous à deux jeunes du RSCA, Denis Praet et Nathan Kabasele :

  • Denis Praet : Si ses deux premières montées au jeu de la saison ont été dans des circonstances favorables (3-0 et 3-1 au moment de sa montée), AJ a réussi à le lancer dans la bagarre à la 83 ième à louvain alors que le sporting était réduit à 10 et le score de 0-0. Il est également monté à la 72ième contre Malines alors que le score était de 2-1 en faveur du KV.
  • Nathan Kabasele : Sur 3 montées au jeu cette saison, le prometteur Nathan, a fait sa première apparition contre Mons…le score était de 0-2 en faveur des Montois et Anderlecht jouait en infériorité numérique ! Heureusement pour lui il fut le héros du match avec un but et un assist…
    Par ailleurs, et là ce n’est pas Jacobs le fautif, on peut se demander si il est très judicieux d’aller le prêter à un club qui lutte pour le maintien, en l’occurrence Westerlo…il y’a quand même plus propice, surtout pour un joueur offensif…

Voilà (entre autres) pourquoi Ariel Jacobs m’exaspère…
Cependant le côté positif de cette année est qu’il semble ENFIN prôner un jeu plus offensif que par le passé (remember les déplacements européen à Split ou autre foudres de guerre)…je sais aussi reconnaitre les efforts salutaires...

Dans la même thématique, lisez aussi :

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Partagez

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More