21 nov. 2011

Relativiser à tout moment : noble intention mais tellement contre nature...

On se dit souvent à soi même ainsi qu'a nos interlocuteurs quand quelque chose nous révolte/ attriste / ronge...la sempiternelle locution «Enfin il y a plus à plaindre que moi après tout».

Parole et surtout pensée d'une noblesse d'esprit incontestable à n'en point douter, mais tellement contre nature.

En effet, nous sommes sans doute "programmé" pour relativiser...en fonction de notre propre vécu ou de celui de personnes très proches...
Pensez-y, partons du bien connu "on se rend compte de la valeur des choses quand on les perd", cela peut-être transposé à des choses du quotidien que ce soit au niveau privé ou professionnel, et dans le cas où vous pouvez revenir à la situation de départ, vous en jouissez nettement plus après avoir connu une situation plus inconfortable.

Alors oui sans doute, certains peuvent relativiser, notamment lorsqu'ils sont confrontés à de vrais cas de personnes nettement plus mal loties. Certains sont sans doute même capable de vraiment relativiser en permance, et gloire à eux!
Mais l'être humain moyen aura du mal à relativiser la plupart du temps, et il n'y a fondamentalement rien d'anormal à cela. En effet,  on aspire tous au bonheur (ou du moins aux différents aspects définissables de ce concept hautement flou et sans doute utopique). Partant de ce postulat, on aspire à la meilleure situation possible dans tous les domaines possibles affectif,professionnel...quelque part c'est une façon d'aspirer à mieux.

Alors oui se plaindre pour tout et rien ou dans certaines situations est sans doute inapproprié. Mais comme pour la plupart des choses dans notre vie, tout est dans la mesure. Il n'est pas nécessaire de se "sur-culpabiliser" lorsqu'on se sent mal pour quelque chose qui n'est pas gravissime, il y a toujours une situation pire c'est sur mais ce n'est pas pour autant qu'en souffrir est indécent.

C'est peut-être ,voire sans doute, égocentrique.
Mais quelque part l’égocentrisme (à doses minutieusement limitées), est une question de survie, encore plus dans la période actuelle, il suffit d'allumer votre télé, de suivre l'actualité dans les journaux ou sur la toile, pour vous rendre compte (et aussi triste que cela puisse paraître) que si on se laissait ronger par les atrocités, catastrophes,injustices quotidiennes...nous serions sans doute tous sous anti-dépresseurs voire pire...


Si vous avez aimé cet article n'hésitez pas à vous abonner au flux RSS (dans le menu de droite) ou à vous abonner par mail (vous recevrez uniquement un mail lors de la publication d'un nouvel article RIEN D'AUTRE)

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Partagez

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More