20 nov. 2011

"2 collègues ont encore fait un Burn out ce mois ci" "Bah moi je frôle le Bore out" "Le quoi?"

Le terme "Burn out" est, depuis un moment déjà, rentré dans les moeurs. En effet, nous avons à peu près tous une vague idée de ce que ce terme signifie grossièrement.

humour travail


De manière simplifiée, le "Burn out", ou syndrome d'épuisement professionnel, résulte d'un excès de pression et de stress au travail. Il s'agit d'une maladie qui se caractérise par un ensemble de signes, de symptômes et de modification du comportement en milieu professionnel. Cette maladie peut mener à une sensation d'épuisement, et des symptômes d'apathie et de dépression.

travailler trop

Mais un autre terme commence désormais doucement à faire son chemin, le "Bore out".
Il s'agit en fait d'un phénomène qui conduit lentement mais surement au même état que le "Burn out", sauf que dans ce cas la cause est un emploi trop facile, trop peu stimulant qui génère de l'ennui.

ennui au travail

Selon les auteurs, qui ont amené la terminologie de "Bore out", 15 % des personnes s'ennuient au bureau et ne rencontrent pas assez de défis.

Le scénario type menant à cette maladie est généralement similaire au suivant :

Le travailleur exerce généralement un emploi de bureau et son chef délègue peu.
Dans un premier temps, le travailleur reçoit trop peu de travail et se sent trop qualifié. Frustré, il prend donc  l'initiative de solliciter l'octroi de plus de travail.
Toutefois, il ne reçoit alors que du travail tout aussi facile et inintéressant que précédemment, il se résigne alors et cesse de demander du travail.
Peut alors s'en suivre des situations dans lesquelles il fait son travail le plus lentement possible et feint d'être très occupé. Il se sent alors totalement inutile, vide et vit ses journées de travail comme un calvaire interminable.

Selon Rothlin, (un des "créateurs" de l'appellation Bore out) il est plus simple pour un employé d'avouer à son employeur un problème d'alcoolisme que d'avouer qu'il s'ennuie au bureau, et ce en raison de la crainte que cela soit perçu comme un problème de fainéantise.

Le travailleur guetté par le "Bore out" , finit par faire sembler de travailler, s'occuper comme il peut (réseaux sociaux, envois de sms, préparation de tâches qui n'ont aucun lien avec son travail), et si cette situation persiste, même quand du travail arrive il n'arrive plus à le faire en restant constamment concentré, habitué à être amorphe et à travailler lentement. On constaterait également, l'apparition de "faux fumeurs" qui prétendraient aller fumer, juste pour s'échapper de leur poste pendant quelques minutes.

La solution? Hé bien deux principales possibilités se présentent : 

1° En discuter avec son employeur, avec un risque non négligeable de ne pas être compris.
2° Viser un emploi plus valorisant et souvent changer d'employeur.

Le tout est de savoir combien de temps le travailleur pourra tolérer une telle situation avant d'être obligé de choisir une de ces deux possibilités.

Alors si le "Burn out" est certainement mieux vu socialement (étant donné qu'il est assimilé à un excès de travail et non pas à quelque chose d’assimilé à l'ennui ou la paresse), le résultat est le même. Alors de la peste ou du Choléra lequel est vraiment le pire, telle est la question...


Si vous avez aimé cet article n'hésitez pas à vous abonner au flux RSS (dans le menu de droite) ou à vous abonner par mail (vous recevrez uniquement un mail lors de la publication d'un nouvel article RIEN D'AUTRE)

Sur la même thématique, lisez aussi : 

Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Partagez

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More