22 août 2016

JO Rio 2016 : les médailles belges

L'objectif fixé par le COIB (Comité Olympiques Belge) était de 4 médailles.
Avec 6 médailles, 2 de chaque métal (comme en 96 à Atlanta) l'objectif est rempli. Avec un peu plus de chance nos athlètes en auraient décrochées quelques unes de plus.

Greg Van Avermaet - Cyclisme - Course en ligne sur route (H)  : médaille d'or


van avermaet jo médaille

Avec un parcours taillé pour les grimpeurs, nos coureurs belges n'étaient que des outsiders.
Alors quand on a vu Van Avermaet partir assez loin de l'arrivée, on s'est dit que c'était probablement la tactique à avoir mais que les chances de médaille étaient faibles.
Alors ok, sans la chute de Nibali il n'aurait peut-être même pas eu de médaille mais toujours est-il qu'il a parfaitement géré sa course. Pour finir par un succès retentissant, comme il le disait lui même c'était le scénario de course parfait pour lui.
Il y a encore 2 ou 3 saisons d'ici Greg était raillé sur les réseaux sociaux pour ses multiples 2ième ou 3ième place (tout comme Sagan). Cette année, il a mis les choses au point et à réaliser une saison exceptionnelle.

Pieter Timmers - Natation - 100 m libre (H) : médaille d'argent

Décrocher une médaille au niveau mondial en natation est un fait rare pour la natation belge. Celle-ci a encore plus de saveur lorsqu'elle était inattendue (même si on savait Timmers capable de se hisser en finale) et dans l'épreuve reine de la discipline le 100m nage libre. Après des tensions par rapport au relais 4*200m, Timmers a parfaitement géré ses courses pour arriver à finir 2ième devant le champion olympique en titre s'il vous plait.

timmers jo médaille


En dehors de ses capacités sportives, Pieter est un marrant, il suffit de voir les photos qu'il peut poster sur les réseaux sociaux, comme celle-ci.


Dirk Van Tichelt - Judo - moins de 73kg - médaille de bronze

Loué pour sa modestie et son travail Van Tichelt n'était pas le judoka le plus attendu de la délégation au contraire de Van Snick et Nikiforov qui sont finalement rentrés bredouilles. Une bonne surprise à n'en point douter.

van tichelt jo médaille

Nafissatou Thiam - Athlétisme - Heptathlon - médaille d'or

Venue sans ambition de médaille mais sans doute pour un top 8, Nafi a réalisé quelque chose d'énorme. A 21 ans, elle est parvenue à battre son record personnel de + de 300 points, a battu son record personnel sur 5 des 7 épreuves et un record du monde à la hauteur dans un heptathlon (1m98)
Ce nouveau record personnel constitue également un nouveau record de Belgique. Enfin elle s'est permise le luxe de battre Jessica Ennis, excusez du peu.


Jolien D'hoore - Cyclisme sur piste - Omnium - médaille de bronze

Abonnées au 4 ou 5ième place, notre compatriote a enfin décroché une médaille  et au niveau olympique s'il vous plait. De bout en bout elle aura toujours été sur le podium.


Red Lions - Hockey sur gazon - médaille d'argent

On l'espérait mais on osait pas en rêver au vu des résultats de ces 2 dernières années mais nos hockeyeurs l'ont fait. Ils se sont payés le luxe de battre la Grande Bretagne, l'Australie (numéro 1 mondial), l'Inde et les Pays-Bas. Malheureusement la dernière marche était trop haute face à la surprenante Argentine. Une médaille d'argent avec un peu de regret mais qui reste grande. Un exemple à suivre au niveau effort d'une fédération pour construire un projet avec une évolution constante depuis 8 ans.


Ils sont passés tout près

Le bilan des médailles auraient pu être encore plus positifs, si les athlètes suivant avaient eu un brin de chance pour ne pas échouer à la plus mauvaise place, la 4ième :
- Hannes Obreno : 4ième en skiff
- Evi Van Acker : 4ième en laser radial (Voile)
- Thomas Pieters : 4ième en golf
- Belgian Tornados : 4ième du relais 4*400m


Et donc le bilan

Avec 6 médailles le bilan est très bon , en nette progression par rapport à Londres (3 médailles). Ajoutez à cela de nombreux records personnels, plusieurs top 8, des résultats historiques dans leur discipline (gymnastique par exemple) , et des coups d'éclat (Flipkens qui sort Venus Williams). Evidemment, d'autres ont déçus mais on peut être satisfait. La team belgium est sur la bonne voie si elle veut rivaliser avec le bilan de pays de taille similaire mais dont la politique de sport est plus appuyés et leur assurent un nombre important de breloques. Comme je l'avais fait pour Londres, voici le bilan de ces pays  : 

- Hongrie (population : ~9 970 000 habitants) : 15 médailles
- Pays-Bas (population : ~16 730 000) : 19 médailles
- Azerbaïdjan (population : ~9 168 000) : 18 médailles

Pour rappel, la Belgique compte environ 11 000 000 d'habitants.

13 juil. 2016

DaarDaar : une immersion pour les francophones dans la presse du Nord du pays

C'est bien connu, le plat pays qui est le nôtre, est coupé en 2. D'abord par la mentalité mais aussi et surtout par la barrière de la langue. Les wallons ne sont pas instinctivement porté vers le bilinguisme, votre serviteur ne faisant d'ailleurs pas exception à cette règle (pourtant j'ai essayé). On se contente donc des informations dans sa langue. 

Un site répond désormais à cette problématique, il s'agit de DaarDaar. 


DaarDaar prend les articles phares de la presse néerlandophone et les traduit dans la langue de Molière.

Une initiative louable et intéressante, qui permet d'enlever cette barrière de la langue et de voir comment une même information peut être interprétée de part et d'autre de la frontière linguistique.

N'hésitez pas à aller découvrir DaarDaar.

11 juil. 2016

L'édito #42


L'édito est de retour avec au menu de ce 42ième numéro :


  • Les résultats belges à l'Euro d'athlétisme d'Amsterdam
  • Un bilan rapide de l'Euro 2016 de football





Les résultats belges à l'Euro d'Athlétisme d'Amsterdam

Pour situer la valeur d'une médaille européenne en plein air pour l’athlétisme belge, signalons qu'avant ces championnats la Belgique avait obtenu 28 médailles dont 7 en or. Voici les top 8 de la délégation belge.

Décathlon (H) - Thomas Van Der Plaetsen - médaille d'or : champion d'Europe du décathlon. 2 ans après son cancer. Qualifié pour Jo de Rio
Hauteur (F) - Nafi Thiam - 4ième : niveau barre franchie pas une énorme perf (1M93) mais vu son âge et hors de sa spécialité première (l'heptathlon) un très beau résultat.
100 haies (F) : Anne Zagré 5ième confirmant sa régularité dans les championnats où elle ne se loupe jamais.
Perche (H) : Ben Broeders 4ième d'un concours à la perche très  bizarre et qui n'est pas monté haut.
Disque (H) : Philippe Milanov - médaillé d'argent : déjà vice champion du monde l'an dernier, Philippe Milanov fait preuve d'une remarque régularité, grosse chance de médaille pour Rio à n'en point douter.
5000 m (F) - Louise Carton - 7ième : un temps assez loin de ses capacités mais tout de même un top 8 au final.
4x400 M (H) : Belgian Tornados : médaille d'or. Grâce à un finish exceptionnel de Kevin Borlée. Le relais est champion d'Europe pour la deuxième fois après 2012.

A noter que nos 2 médaillés individuelles n'ont encore que 25 ans et ont donc encore de belles années devant eux.

L'Euro 2016 : le bilan

La finale des supporters : Irlande - Islande

Le début de l'Euro a été marqué par des incidents avec des hooligans, mais les fans irlandais ont juste été parfait dans le stade et en dehors, les champions d'Europe en la matière sans le moindre doute.
Quant aux islandais et leur "clapping", ils ont fait fureur. Les images du retour au pays sont tout simplement impressionnante. La proportion de la population qui était présente en France était aussi ahurissante.

La finale au mérite : Italie - Pays de Galles

La "pire Squadra de l'histoire" et son génie tactique de coach ont réussi à faire complétement déjouer la Belgique et l'Espagne avant de passer tout près de sortir l'Allemagne.
Le Pays de Galles est sorti de son groupe devant son rival Anglais, avant de dominer la Belgique mais de perdre contre le cynique Portugal. Leur parcours méritait une meilleure fin.

La finale de Platini : France - Portugal

Alors certes, dans quelques années tout le monde aura oublié le niveau de jeu affiché par ce Portugal, mais signer sa première victoire (dans le temps réglementaire) en demi-finale pour se retrouver finaliste ce n'est quand même pas follichon. La Grèce a gagné un Euro en jouant un football triste à regarder mais eux étaient obligés de faire avec ses moyens. Quand on voit l'effectif portugais leur niveau de jeu est indigne de leur qualité.
Quand aux Français, ben sans être brillant ils ont profité d'un calendrier ultra favorable ( Merci Jacquie et Michel, enfin surtout Michel) jusqu'en demi. Il s'en sont ensuite remis à Rizzoli (pas Philippe, l'autre) pour battre l'Allemagne et les voilà en finale.
Le Portugal s'est tout de même permis (sans Ronaldo) de briser leur rêve. Un titre pas ultra reluisant, mais seule la victoire compte dans un palmarès et Ronaldo, aussi insupportable d'arrogance soit-il, mérite un titre avec son pays.



En Bonus

Cet Euro 2016 marquait aussi la dernière compétition internationale de Zlatan Ibrahimovic, aussi talenteux que charismatique, la marque Volvo a bien sur surfait sur cet événement avec cette vidéo, si vous l'avez manqué.




Vous avez apprécié cet édito? Alors n'hésitez pas à aller en lire d'autres...

3 juil. 2016

Euro 2016 : flouée par le calendrier, la France décide de réagir


Ça y est, après avoir du batailler ferme la France est en 1/2 finale de son Euro!


Tout se déroulait parfaitement jusqu'ici, dès le tirage les instances françaises avait le sourire.
Un statut de tête de série (jusque là rien de nouveau/surprenant), un groupe très faible avec la Roumanie, l'Albanie et la Suisse et la perspective de jouer un 3ième de groupe en 1/8e de finale et un 2ième de groupe en 1/4 de finale, on avait jamais vu un pays organisateur sur une telle voie royale.




Et le tournoi commença, comme prévu la France termine, non sans mal, première de son groupe. En 1/8 place à l'Irlande (jugée très faible après sa défaite 3-0 contre la Belgique par les médias français) avec une victoire 1-2 face à des Irlandais qui se sont éteints en 2ième mi-temps en plus d'être réduit à 10.
Place à l'Islande (et non l'Angleterre presque tout le monde le croyait), avec à nouveau un jour de repos en plus que leur adversaire et une victoire 5-2 à la clé.
Et voilà le vrai premier rebondissement, à l'issue de la victoire, dans le vestiaire l'équipe de France a regardé le calendrier et a constaté que... L'Allemagne était honteusement avantagée par le calendrier avec un jour de repos de plus que les Français avant la demi-finale!!

Ne supportant pas l'injustice et les magouilles de tout bord, les instances sportives et politiques françaises ont décrété l'état d'urgence pour remettre les choses en ordre.
Dès demain des bénévoles français vont se relayer tout atour du camp de base Allemand à Evian et faire en sorte que ceux-ci ne puissent à aucun moment trouver le repos et dormir. Des micros drones chatouilleurs (fleurons de la défense française) vont s'introduire dans chaque chambre de joueur et leur chatouiller les pieds toute la nuit.

Avec 3 jours sans repos pour les Allemands, la justice sera rétablie selon les préceptes du fair-play et de l'équité si chers à Michel Platini et aux instances du football européennes et mondiales.

On se dirige donc ainsi vers un France - Galles en finale. D'ailleurs cette dernière viendra pour l'occasion chanter son célèbre tube "Poupées de cire, poupées de son".




13 juin 2016

Diables Rouges : Marc Wilmots doit-il rester après l'Euro?

Voici bien le genre d'article qu'il est important de publier avant l'entrée en lice des Diables ce soir à 21h face à la redoutable Squadra Azzura. En effet facile de critiquer après coup.

Marc Wilmots emmène ses troupes à un Euro après avoir disputé une Coupe du monde.
La question qui se pose alors est, que doit faire Wilmots après cet Euro? Son départ serait-il bénéfique à notre équipe nationale? Tentative de réponse.


Marc Wilmots : ses résultats et ce qu'il a apporté

Wilmots jouit d'une belle popularité (sans doute plus au sud qu'au nord du pays). L'équipe étendard de notre nation a du attendre 12 ans (2002) avant de rejouer un tournoi majeur (Coupe du Monde ou Euro), il est donc normal qu'il ait été porté au rang de héros national lors de la qualification du mondial au Brésil. Dans les chiffres un beau parcours, un quart de finale (battu par le futur finaliste Argentin) pour une équipe novice à ce niveau est déjà un beau résultat.
Wilmots, de part sa personnalité, dispose d'un gros capital sympathie et à raison. Son grand mérite est sans aucun doute d'être un meneur d'hommes. Alors que ces joueurs font des carrières en club souvent extraordinaires voire inédites dans l'histoire du football belge, il respecte le coach et son passé de joueur cela se ressent.
Son autre grand mérite est d'avoir instauré une très belle ambiance dans le groupe sans cassure wallons/flamands. 
N'en déplaise aux têtes pensantes de l'Union Belge (dont la compétence est plus que contestée), il n'a également pas sa langue en poche comme lorsqu'il critique la politique de tarifs appliquée pour les matchs amicaux de préparation à l'Euro qui a valu un stade à moitié vide contre la Finlande. Soit dit en passant, cette politique de prix et l'exploitation commerciale maximale de l'image des Diables (qui est désormais un produit en vogue) n'empêche pas l'UB d'afficher de jolies et conséquentes pertes financières mais bon ceci n'est pas le sujet.

Wilmots a-t-il tiré la quintessence de cette génération bourrée de talents?

La question mérite d'être posée. Cette génération dispose d'un gardien qui, lorsqu'il est à 100% est dans le top 5, voir le top 3 des gardiens au niveau mondial. Des défenseurs centraux parmi les meilleurs de Premiere League. Des milieux de terrains parmi les meilleurs du monde et des attaquants encore jeunes mais déjà à un niveau international. Autrement dit, une matière première de qualité pour faire quelque chose de grand.

Quid alors dans les chiffres? 

La Belgique s'est qualifiée en terminant première de son groupe d'éliminatoires pour la Coupe du Monde au Brésil dans un groupe composé de : la Croatie, la Serbie, l'Ecosse, le Pays de Galles et la Macédoine. Un groupe sans ténor (la Belgique n'étant pas dans le pot 1 à l'époque) mais avec beaucoup d'équipes difficile à manœuvrer. L'équipe sort de ce groupe invaincue (8 victoires / 2 nuls) avec un niveau de jeu irrégulier mais parfois très bon (surtout à l'extérieur, la capacité à profiter des espaces).

Nos Diables arrivent au Brésil et tombe, à nouveau, dans un groupe plutôt abordable avec : l'Algérie, la Russie, la Corée du Sud.
Résultat, 3 victoires par un but d'écart avec un fond de jeu peu enthousiasmant mais des changements payants. Vient ensuite les Etats-Unis en 1/8, le match le plus abouti des Diables , mais un gaspillage énorme niveau occasions (bien qu'Howard ait fait un grand match). Fin de parcours face à l'Argentine, qui certes, a marqué chanceusement mais les Diables n'ont jamais réellement fait illusion dans ce match.

Viennent ensuite les qualifications pour l'Euro, les belges héritent d'un groupe plus qu'abordable sur le papier : Pays de Galles, Bosnie-Herzégovine, Israël, Chypre, Andorre. Résultat : premier de groupe, 7 victoires, 2 nuls,  1 défaite et un niveau de jeu souvent moyen avec souvent le même scénario. Des adversaires qui dressent un mur et des Diables qui peinent à trouver des solutions.

Si l'esprit d'équipe est bien présent dans cette équipe, au vu des adversaires rencontrés, la Belgique (étant donné le potentiel des joueurs à sa disposition) est à sa place sans plus. Tactiquement, il faut bien admettre qu'elle montre malheureusement bien souvent ses limites.

Wilmots a fait un Mondial et un Euro, il a donc fait le tour de la question. Un autre entraîneur (mais l'UB devra casser sa tirelire) devrait pouvoir tenter de vraiment tirer le quintessence de ce groupe en mettant les joueurs à leur place, en réussissant à faire cohabiter De Bruyne et Hazard ou à construire une défense solide et élargie.

Pour finir, pas de méprises,  je souhaite le meilleur à Wilmots, bien qu'il ait dit qu'il ne fallait pas s'attendre à un football champagne. Quand on voit le palmarès de l'Italie et sa philosophie de jeu la plupart du temps, on ne peut lui donner tort. Rares sont les équipes qui ont gagné des titres en jouant un football total mais il faut tout de même trouver un juste milieu quand on a autant de qualités dans son groupe.


En attendant bonne chance aux Diables, puissent-il aller le plus loin possible et nous faire vibrer.







Partagez

Twitter Delicious Facebook Digg Stumbleupon Favorites More